Entrepreneurs en phase de croissance : pourquoi continuer à réseauter ?

Écrit par Vanessa Lokossou

INTRODUCTION


Dans ce deuxième article de notre série « Entrepreneuriat & Réseau », nous allons partager avec vous trois raisons d’accorder de l’importance au réseau. Le précédent article était axé sur le démarrage de votre activité. Nous y présentions les différentes possibilités qui s’offrent à un entrepreneur au début de son projet. Nous espérons que nos conseils vous ont été utiles et poursuivons aujourd’hui avec un focus sur l’étape suivante : la phase de croissance. A moins d’avoir un entourage très riche et diversifié qui pourra répondre à toutes vos problématiques, le réseautage est un volet non négligeable à inclure dans votre stratégie de développement.

ARTICLE


Réseauter pour suivre l’évolution du monde de l’entrepreneuriat

Start-up nation

Le terme start-up nation vient du livre “Start-up Nation »: The Story of Israel’s Economic Miracle” de Dan Senor et Saul Singer paru pour la première fois en 2011 aux éditions Maxima. Dans ce document, les auteurs ont démontré en quoi la stratégie d’investissement dans l’innovation adoptée par un jeune et petit État (faible population, guerres, absence de ressources naturelles) pouvait avoir un impact positif sur son économie et son attractivité au-delà de ses frontières. En 2011, le pays compte autant de start-ups que des grandes puissances comme la Chine ou le Royaume-Uni. Cette analyse a interpellé et inspiré de nombreux dirigeants qui voient aujourd’hui les start-ups comme une ressource précieuse pour le développement économique.

En France, le Président de la République Emmanuel Macron est le fervent défenseur des start-ups. Il a présenté le plan du gouvernement le 09/10/2018 à Station F puis le 17/09/2019 lors du lancement du France Digital Day. Dans son discours au second évènement, il a évoqué les quatre défis majeurs à relever pour faire de la France une start-up nation :
– l’aide au financement
– la formation
– l’attraction et la rétention de talents français et internationaux
– la simplification des règles et l’ouverture au marché européen. 

Vous pouvez retrouver l’intégralité de son discours ici.

Dans cet écosystème, on parle souvent de jeunes pousses, de pépites, de scaleups et de licornes,… Revenons brièvement sur le sens de ces termes pour y voir plus clair. Où se situe votre start-up ? Quels sont vos objectifs ? 

Jeune pousse et pépite sont des synonymes de start-up. Ils s’utilisent pour désigner une jeune entreprise innovante au stade de démarrage avec un fort potentiel de croissance. Une licorne quant à elle est une start-up dont la valorisation dépasse le milliard de dollars, indépendamment de son chiffre d’affaires. En 2019, on en dénombrait plus de 300 dans le monde dont quatre françaises que l’on ne présente plus : Blablacar (151ème), Deezer (209ème), Doctolib (223ème) et OVH (231ème). La plupart des start-ups sont américaines (165) et chinoises (90), avec un écart significatif de valorisation en comparaison avec les start-ups françaises pour lesquelles les levées de fonds sont moins importantes. Selon l’OCDE, la dénomination scaleup s’adresse aux start-up en plein développement ayant réalisé pendant trois années consécutives une croissance annuelle supérieure à 20% aussi bien en termes de chiffre d’affaires que d’effectif dans son pays d’implantation et à l’étranger. 

Mais ce n’est pas tout.

Freelances, entrepreneurs et slashers

Le monde de l’entrepreneuriat est bien plus vaste et regorge aussi d’autres profils d’entrepreneurs dont le mindset, l’expérience terrain et les compétences peuvent faire une vraie différence au sein de l’écosystème et même en dehors, dans le cadre de collaborations avec des grands groupes et autres organisations. Au-delà de la start-up nation, il y a aussi des freelances, des entrepreneurs et des slashers. Leur point commun ? Ils travaillent à leur compte, avec une grande flexibilité, une totale liberté et la possibilité de mettre fin à leur activité à tout moment. 

Les freelances, contrairement aux salariés, sont des entrepreneurs qui choisissent leurs clients en B2B ou B2C et travaillent sur des missions ponctuelles sans aucun lien de subordination. Leur rémunération, généralement fixée à la journée ou de manière forfaitaire, dépend des projets sur lesquels ils décident d’apporter leur expertise. Ce statut s’applique majoritairement aux métiers du digital : graphisme, rédaction, développement web, growth hacking, … Les plateformes de freelancing comme Malt, Upwork ou Comet sont pour eux une opportunité inouïe d’accès gratuit à des prospects en quelques clics mais là encore, le réseau s’avère nécessaire pour gagner en visibilité. D’abord, parce que ces places de marché virtuelles n’existent pas pour tous les secteurs d’activités. Ensuite, parce que la concurrence est généralement intense et que pour se démarquer, il faut, une fois de plus, faire appel au réseau, via des recommandations clients ou des avis de pairs.

Les slashers, généralement entre 25 et 35 ans, sont de jeunes actifs qui exercent simultanément plusieurs activités par choix. Ils disposent de compétences transversales qu’ils utilisent dans leurs diverses sphères professionnelles. C’est mon cas.

Après une vingtaine d’années d’expérience dans le conseil et une analyse pointue de l’entrepreneuriat français, Gilles et Alexandre, les co-fondateurs de Fair4b ont décidé de créer un modèle juste et transparent de mise en relation entre tous ces talents et les entreprises. Leur objectif ? contribuer à l’épanouissement des startupers et slashers du réseau et aussi à un matching personnalisé pour leurs clients afin que la bonne personne soit au bon endroit, que toutes les parties prenantes puissent pleinement tirer profit de la collaboration.

Réseauter pour gérer efficacement votre changement d’échelle

Nouveaux objectifs

Lorsque la taille de votre entreprise change, les objectifs évoluent aussi. Continuer à côtoyer des mentors, pairs et autres réseaux professionnels identifiés dès la phase de démarrage est un must pour durer et progresser. Le conférencier en développement personnel Jim Rohn a affirmé que nous sommes la somme des 5 personnes que nous fréquentons le plus. Le saviez-vous ? Vous êtes-vous déjà arrêté pour analyser vos relations ? Comment êtes-vous entouré ? Qui fréquentez-vous et par qui êtes-vous influencé ? Qu’est-ce que cela vous apprend sur votre personne ? En fonction de ces réponses, demandez-vous ce que vous souhaitez pour votre entreprise.

Lorsque vous devrez prendre de nouvelles décisions, les personnes que vous solliciterez joueront un rôle déterminant dans le cours de votre aventure alors si vous voulez progresser, pensez-y ! Il ne s’agit surtout pas de mettre de côté les personnes de votre entourage qui n’ont aucune utilité pour votre entreprise. Loin de là. Il est ici question d’intégrer à votre cercle restreint des personnes déterminées, créatives et disposant d’un savoir-faire qu’elles pourront partager avec vous. C’est avec elles que vous pourrez progresser. Leurs avis éclairés et objectifs, basés sur l’expérience, l’expertise et non l’affection qu’elles vous portent, contribueront assurément à mieux orienter vos choix stratégiques.

Nouveaux recrutements

Pour atteindre vos objectifs et conduire votre entreprise vers la croissance, il faudra aussi vous entourer de talents passionnés, prêts à s’investir pleinement et à faire grandir le projet avec vous. Recruter est une étape cruciale qui peut vous ralentir, engendrer de grosses pertes voire même des cessations d’activité si elle n’est pas gérée efficacement. Des erreurs à ce stade peuvent avoir de graves répercussions sur votre notoriété et votre développement. Si par exemple vous recrutez un Customer Success Manager qui n’a pas la même vision que vous sur l’importance du service client et qui ne prend pas à cœur ses missions, vous risquez d’en décevoir plus d’un alors qu’il est bien plus difficile d’acquérir un nouveau client que de le fidéliser. Cela est valable aussi bien pour du B2C que pour du B2B.

Il est donc nécessaire de se faire accompagner dans cette phase décisive de sélection de profils car on ne s’improvise pas recruteur. Certaines entreprises font appel à des freelances, d’autres misent sur l’embauche pour créer un lien durable avec les nouvelles recrues et capitaliser sur leur temps d’intégration. En une phrase, il vous faut avant tout des personnes compétentes, agiles et flexibles qui pourront s’adapter aux mutations de votre organisation. Ce sont les critères principaux de sélection des talents du réseau Fair4b.

Exemple avec cette étude de CB INSIGHTS qui nous montre que 23% des startups échouent à cause d’erreurs de recrutement.

Nouveaux partenaires

Pour gérer la relation avec vos nouveaux partenaires, fournisseurs, clients et investisseurs, il faudra avoir fait vos preuves et bénéficier du soutien de votre réseau. Certains cercles peuvent vous être très rapidement fermés si vous ne faites pas l’effort de vous intégrer et prenez l’habitude de faire cavalier seul. Les opportunités émergent souvent lors de discussions informelles. Toutefois, sachez qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. 

De plus en plus de partenariats sont conclus entre start-ups et grandes entreprises car c’est un bon moyen pour les startupers de faire valoir leurs compétences en dehors de leur écosystème et pour les grands groupes, la possibilité de bénéficier des dernières innovations pour construire leurs projets stratégiques. C’est là que réside la principale différence entre un consultant classique et un consultant startuper. Les profils avec lesquels Fair4b collabore au quotidien ont tous le souhait d’être dans l’action. Chani par exemple, Consultante et serial startupeuse membre de notre réseau nous disait en début de semaine : “Ce que j’aimerais, c’est travailler sur des problématiques concrètes, proposer des solutions dont l’exécution pourra démarrer avant la fin de ma mission afin d’en voir les résultats. J’ai besoin de concret et je ne veux en aucun cas faire défiler des slides qui ne seront peut-être pas pleinement exploitées.”

Réseauter parce qu’ensemble, on va plus loin !

Manque-t-on vraiment de temps ?

On entend souvent les entrepreneurs et les actifs en général dire qu’ils manquent de temps. N’est-ce pas plutôt une question d’organisation ou de priorisation ? Essayons ici de le segmenter et de voir dans quelle mesure il peut être optimisé pour atteindre les objectifs de croissance prédéfinis.

Que ce soit au travail ou dans la vie privée, les relations demandent du temps et de l’investissement. Tout est question d’équilibre entre les deux univers. Il n’y a pas de miracle. 

Du temps pour soi : priorité n°1

Oui. On choisit la voie de l’entrepreneuriat par passion, mission ou besoin mais surtout pas pour devenir esclave de son projet. Il est donc important que votre épanouissement soit au cœur de vos actions dans tout le développement du projet même s’il vous arrivera souvent de faire des compromis, de réduire vos vacances ou de surmonter des nuits blanches pour faire avancer votre entreprise.

Il vous arrivera de douter, de tout remettre en question, d’avoir peur ou même d’avoir envie d’abandonner. En vous ressourçant, vous retrouverez l’énergie pour continuer l’aventure dans les meilleures conditions. Pour cela, prenez du temps pour vous, seul à seul en pratiquant une activité relaxante ou physique : méditation, sophrologie, marche, footing, yoga,… A vous de voir ce qui vous convient le mieux.

Entourez-vous aussi de quelques proches de confiance car ce sont souvent eux qui tirent la sonnette d’alarme.

Du temps pour son équipe et son activité

Vous avez besoin d’être en pleine forme pour assurer, pour rassurer et guider vos équipes, pour avoir de bons rapports avec vos interlocuteurs, pour développer votre créativité et trouver de l’inspiration. Sans cela, vous risquez de ne pas prendre les meilleures décisions.

C’est la raison pour laquelle nous vous conseillons de miser sur l’organisation. Si vous n’êtes pas de ceux qui excellent en anticipation et en planification, faites-vous accompagner par un coach sur une courte période pour acquérir les soft skills qui vous manquent ou déléguez cette mission à un collaborateur de confiance. Si c’est quelque chose qui vous tient à cœur, vous apprendrez avec le temps en voyant les résultats positifs sur le moral de vos équipes et par conséquent sur vos objectifs.

Recruter, accompagner et manager une équipe n’est pas une mince affaire. Encore moins en télétravail. Alors, faites preuve d’humilité et faites appel à votre réseau pour trouver la meilleure méthode de collaboration pour vous et ceux qui ont choisi de partager le voyage avec vous.

Du temps pour sa Communauté

Nous avons choisi d’utiliser le terme « Communauté » ici car il est bien plus fort que « réseau ». 

L’idée ici est de prévoir dans votre agenda des moments pour rencontrer d’autres personnes aux intérêts et parcours de vie qui font écho à vos engagements : alumnis, autres entrepreneurs, bêta-testeurs, clients,…

Il peut s’agir aussi d’actions marketing à l’attention des personnes qui suivent l’entreprise sur vos différents réseaux sociaux. Vous pouvez leur accorder un peu de temps périodiquement pour répondre à leurs questions, les remercier, leur donner des nouvelles de votre entreprise ou les solliciter pour des choix commerciaux (participation à un développement produit, concours,…).

Alors, quelle place accordez-vous aux relations, à votre relation à vous-même et à ceux qui vous entourent dans votre vie entrepreneuriale ? Êtes-vous bien entouré ? Travaillez-vous l’aspect relationnel de votre entreprise autant que le volet business ? 

C’est la fin de notre billet sur quelques clés pour éviter l’isolement et la solitude de l’entrepreneur, deux états nuisibles aussi bien pour vous que pour votre projet.

La vie entrepreneuriale est un marathon qui peut durer très longtemps. Persévérance, mindset et entourage sont indispensables pour progresser alors ne vous essoufflez pas trop vite car cela risque de vous coûter cher !

From Fair4b with love

Démarre une mission

en quelques minutes !

DERNIERS ARTICLES

Le rapport au travail change 

Avant pandémie Si on remonte au début des années 50, la gente masculine dominait le marché du travail. Avec une fin d’études qui avoisinait les 14 ans, les secteurs tertiaires n’étaient pas privilégiés à cette époque. Les conditions de travail qui (sans exagération aucune) laissaient plus qu’à désirer. En clair, le “métro, boulot, dodo” était …

Entrepreneurs en phase de croissance : pourquoi continuer à réseauter ? Lire la suite »

Le rachat des startups par les grands groupes 

Un rachat gagnant-gagnant Côté Startup Qui dit rachat dit source de financement et pour une startup ce n’est pas quelque chose de négligeable. En effet, c’est cette entrée d’argent qui apportera de nouvelles opportunités de croissance à la jeune pousse. Elle permettra le développement de nombreux domaines : la communication, le recrutement, le développement produit…Auprès …

Entrepreneurs en phase de croissance : pourquoi continuer à réseauter ? Lire la suite »

Grands Groupes : Adopter une démarche RSE grâce aux startups 

État de la RSE Startups VS Grands Groupes : qui est le plus à la pointe ? L’idée préconçue que l’opinion publique a de la RSE, c’est qu’elle est réservée aux grands groupes. Pourquoi ce préjugé ? Car les grandes entreprises ont potentiellement plus de moyens (financiers et humains) de mettre en place une stratégie …

Entrepreneurs en phase de croissance : pourquoi continuer à réseauter ? Lire la suite »

SUIVEZ L’AVENTURE !

PAS SI VITE !

Laissez-nous votre adresse mail pour être tenu au courant de la sortie de nos nouvelles offres !

Tu es startuper ?

Inscris-toi sur notre plateforme pour avoir accès à :

Toutes nos missions

La monétisation de ton réseau

Le plus grand écosystème de startupers

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. En poursuivant votre navigation, vous confirmez adhérer à notre politique de confidentialité.